L’Institution du Médiateur du Royaume a participé, le mardi 20 février 2018, au siège de l’Institut supérieur de la magistrature, aux travaux d’une conférence organisée par le Ministère d’Etat chargé des droits de l’Homme autour du thème « le suivi et la mise en œuvre des recommandations de l’examen périodique universel et la planification stratégique en matière des droits de l’Homme ».
L’institution a été représentée par Mme Najia Gharouit, Chef de l’Unité des relations avec les institutions et instances nationales chargées des droits de l’Homme, et M. Badreddine Dakka, cadre au Secrétariat général de l’institution.
Dans une allocution d’ouverture, prononcée par M. Abderrazzak Rouane, au nom du Ministre d’Etat, au cours de laquelle il a souligné l’interaction du Royaume du Maroc avec le mécanisme de l’Examen périodique universel par rapport au nombre de recommandations approuvées par le Maroc, soulignant à cet égard que ce nombre a connu une évolution remarquable en passant de 11 recommandations en 2008, à 140 recommandations en 2012 jusqu’au 191 lors du troisième cycle en 2017».
Il a également souligné que cette évolution qualitative, accompagnée d’une évolution importante au niveau de la couverture de tous les dossiers des droits de l’Homme, les mesures et garanties qui y afférent, pose des défis, chose qui exige l’adoption d’une planification stratégique dans ce domaine. De surcroit, il a souligné que le Maroc a tenu en compte, lors de la mise à jour du Plan d’action national en matière de démocratie et des droits de l’Homme, les recommandations acceptées tout en essayant de les introduire dans le cadre des mesures adoptées par ce plan d’action.
Pour sa part, le Secrétaire général du Conseil national des droits de l’Homme, M. Mohammed Sebbar, a appelé à la consolidation des efforts entre les différentes parties prenantes afin d’élaborer des mesures pratiques et des meilleures pratiques et mécanismes efficaces afin de mettre en œuvre les engagements entreprises par le Maroc sur le plan international , tout en appelant à harmoniser les législations marocaines avec les dispositions des pactes internationaux relatifs aux droits de l’Homme.
Quant a M. Khalid Trabelssi, Président de l’Observatoire national des droits de l’électeur, il a traité le rôle de la société civile dans les dossiers des droits de l’Homme, chose qui exige d’être fort, autonome et disposant des connaissances et outils nécessaires en matière de protection et de promotion de ces droits, afin d’interagir de façon efficiente avec l’organisme onusien.
De son coté, Mme Mouna M’bikay, Directrice exécutive d’UPR Info a salué les efforts déployés par le Royaume en matière de réaction avec l’examen périodique, tout en indiquant que le Maroc assume ses responsabilités par rapport au respect et la garantie des droits de l’Homme dans la société, outre son rôle dans la mise en œuvre des réformes législatives et de renforcement des missions des institutions nationales.
Les autres interventions se sont focalisées sur des différents aspects des droits de l’Homme, à savoir les particularités du mécanisme de l’examen périodique, le suivi et la mise en œuvre de ses recommandations au niveau de la politique pénale, ainsi qu’au niveau des politiques publiques dans les domaines de l’enfance, d’handicap et d’égalité.