Réunions et rencontres

Envie de connaître notre Institution? Découvrez nos actualités dans cet espace:

Réunions et rencontres Conférences Réceptions et visites Conventions Formation Des nouvelles de plus

Partager:
blog-banner

Participation de l’IMR à une réunion tenue dans le cadre du projet « Vivre ensemble sans discrimination» au côté de la société civil

  • 15 juin 2022
N:000266

L’institution du Médiateur du Royaume (IMR) a participé, le mercredi 15 juin 2022, à une réunion élargie, organisée dans le cadre du projet « vivre ensemble sans discrimination », consacrée à l’appui de la coordination entre les institutions nationales et la société civile afin d’identifier les indicateurs de discrimination à travers des cas pratiques.

La réunion a été encadrée par Mme Souad RAJEB professeur universitaire et experte en législation sur les discriminations.

L’institution du Médiateur du Royaume a été représentée à cette réunion par :

  • Mme Fatima Zahra BARGACH, Cadre instructrice de dossiers au pôle administratif ;
  • Mme Khadija EL IDRISSI, Cadre instructrice de dossiers au pôle foncier ;
  • M. Mohamed EL IMLAHI ECHCHAER, Cadre instructeur de dossiers au pôle foncier ;
  • M. Badr Eddine DAKKA, Cadre au Secrétariat Général.

La réunion a connu l’animation de deux groupes:

  • Le premier travail de groupe consistait sur le fait à classer des cas divers de discrimination selon quatre principaux indicateurs qui sont : l’indicateur de crime de haine, l’indicateur de préjugé raciste, l’indicateur de discrimination et l’indicateur de discours de haine.
  • Le second travail de groupe consistait à la présentation par les participants un ou deux cas déjà traité par leur institution ou leur association en décrivant le cas en résumé, en situant le domaine de discrimination (emploi, éducation, santé, administration, etc…) et en indiquant les mesures qui y ont été prises.

Les cas pratiques présentés par les cadres de la section des études de l’IMR dans les travaux de groupes ont été très significatifs, le processus de traitement de ces plaintes par l’IMR est certes très différent de celui de la société civile, qui se base sur le plaidoyer, et reste plus structuré et plus efficient.